06/02/2018

Assemblée d’installation

L’assemblée d’installation du Conseil de développement Loire Angers a eu lieu Mardi 6 février 2018, de 18 h à 20 h, au Musée Jean Lurçat, en présence de Christophe BECHU, Président d’Angers Loire Métropole et du Pôle métropolitain Loire Angers, Jean-Jacques GIRARD, Président de la Communauté de communes Anjou Loir et Sarthe et Marc SCHMITTER, Président de la Communauté de communes Loire Layon Aubance.

© Albert photographe

Ordre du jour

  • Accueil et présentation des autorités de rattachement du Conseil de développement
  • Installation du Conseil de développement Loire Angers
  • Election du Président du Conseil de développement

 

La création et la composition de la nouvelle instance consultative ont été décidées par les conseils communautaires d’Angers Loire Métropole, de la Communauté de communes Anjou Loir et Sarthe et de la Communauté de communes Loire Layon Aubance à l’automne dernier.

© Albert photographe

Jean-François Caillat élu Président

Au cours de cette soirée, Jean-François CAILLAT a été élu Président du Conseil de développement Loire Angers. Âgé de 66 ans, cet ancien DGA du CHU d’Angers est marié et père de 3 enfants. Il réside à Briollay, sur le territoire d’Angers Loire Métropole. En tant que représentant du CHU au Conseil de développement de la région d’Angers, il a animé les travaux de plusieurs commissions de 2002 à 2017.

1 seul Conseil de développement pour 3 intercommunalités

Cette instance de concertation commune, les élus des trois intercommunalités membres du Pôle métropolitain Loire Angers y réfléchissent depuis 2016. Tenues par la Loi NOTRe du 7 août 2015 de se doter d’un Conseil de développement, les Communautés de communes Anjou Loir et Sarthe et Loire Layon Aubance avaient en effet deux choix possibles : créer leur propre Conseil de développement ou s’unir à Angers Loire Métropole pour créer une instance commune. Dans une contribution parue en février 2017, le Conseil de développement de la région d’Angers détaillait les avantages et inconvénients de chacun des scénarios et c’est donc la piste d’un Conseil de développement unique et partagé qui a été préférée par les Présidents des 3 intercommunalités.