Nouveaux modes d’habiter le territoire


Pour répondre aux besoins de logements, à la nécessité de préserver les espaces agricoles et naturels et à l’objectif Zéro Artificialisation Nette des sols à l’horizon 2050, quelles évolutions apporter dans nos usages, dans nos modes d’habiter en prenant en compte la diversité des besoins des différents publics (seniors, étudiants, famille monoparentales, actifs, etc.)?

Animateurs

MACÉ Huguette
FRADIN Jean-Paul
Nombre de participants : 56 Lancement : Octobre 2021 Mode : Saisine ?

Statut actuel :

  • Lancement

    Installation de la Commission.
    Définition des objectifs et organisation des travaux.

  • Diagnostic

    Diagnostic de la situation.
    Auditions d’experts et acteurs locaux.
    Identification et choix des enjeux prioritaires.
    Recherche de solutions.

  • Propositions

    Choix des axes prioritaires.
    Elaboration des propositions.
    Finalisation d'une contribution.

  • Partage

    Présentation, débat et vote de la contribution en Assemblée plénière.
    Diffusion de la première contribution.

Contexte

La loi dite « Climat et Résilience », du 24 août 2021 prévoit une trajectoire de Zéro Artificialisation Nette (ZAN) à l’horizon 2050.

La périurbanisation (ou étalement urbain) n’est plus souhaitable aujourd’hui car elle porte atteinte à la biodiversité par la consommation de foncier agricole, naturel et forestier, et parce qu’elle sous-tend une dépendance à la voiture peu compatible avec la transition écologique.

Le SCoT Loire Angers, en cours de révision, doit intégrer cette trajectoire à l’horizon 2050 étant précisé que l’atteinte des objectifs de lutte contre l’artificialisation des sols résulte d’un équilibre à trouver entre la maîtrise de l’étalement urbain, le renouvellement urbain, l’optimisation de la densité des espaces urbanisés, la préservation et la restauration de la biodiversité et de la nature en ville, la protection des sols, des espaces naturels agricoles et forestiers (puits de carbone) et la renaturation des sols artificialisés.

Objectif

La commission est invitée à recueillir l’expression de ses membres voir au-delà sur leur vision, leurs attentes pour bien habiter leur territoire de vie, à rechercher des idées, des pistes de réflexions pour développer de nouvelles formes d’organisation des villes et des villages, des nouvelles formes d’habitat, moins consommateurs d’espaces agricoles et naturels, et agréables à vivre.

Le temps fort de ces derniers mois

13 janvier 2022Conférence sur l’Urbanisme circulaire, par l’urbaniste Sylvain GRISOT.

Retrouvez la conférence et son diapo ici

 

 

10 mars 2022 │une table ronde réunissant plusieurs professionnels de l’habitat :  aménageurs, architectes et constructeurs débattront sur « l’adaptation des constructeurs pour répondre aux besoins des habitants sans consommer de nouveaux espaces naturels et agricoles. »

Les dernières pistes de réflexion

      • Recycler les espaces : c’est environ 10000 friches en France qui pourraient être optimisées, réhabilitées. Lutter contre l’artificialisation des sols, réduire les risques sanitaires liée à la pollution sur ces sites ou encore participer à la revalorisation économique d’un territoire, l’enjeu est de taille !
      • La ville et les logements acceptables et accessibles par tous : il s’agit non seulement de rendre le logement accessible à tous, mais aussi de proposer un habitat de qualité, adapté aux différents âges de la vie pour favoriser la mixité intergénérationnelle
      • La proximité des services et des commerces, des lieux multifonctionnels de services : c’est le principe de la « Ville du quart d’heure ».
      •  L’habitat participatif : jardins partagés, tiers-lieux… autant d’espaces collectifs pour échanger, partager, participer à des activités. Le lien social commence par ces lieux du « faire ensemble ».
      • La nature en ville : parcs publiques ou jardins privés, ils sont des clés pour préserver la biodiversité, améliorer le cadre de vie de chacun, rendre la densité acceptable.
      • L’intensification des usages : pourquoi construire du neuf, lorsque certains lieux restent inoccupés pendant des mois ? L’exemple parlant : une école pendant les vacances !
      • Transformer l’existant : une toute nouvelle culture est à adopter pour modifier les pratiques et l’utilisation des bâtiments.

…et le constat de limites bien réelles : une offre insuffisante en logement, à la fois quantitative et qualitative, des difficultés d’accès au logement pour revenus les plus modestes, la peur de la perte d’espace, d’intimité et de calme des habitants, une culture de l’intérêt particulier et de la propriété.