Rencontre avec Valérie DOUGÉ – Familles Rurales

Rencontre avec Valérie DOUGÉ – Familles Rurales

La représentante de Familles Rurales au Conseil de développement s'applique depuis 7 ans à relayer les préoccupations des territoires ruraux et périurbains.

Quand elle a été désignée au Conseil de développement en 2009 pour représenter la fédération départementale Familles Rurales, Valérie DOUGÉ s’est demandée quelque temps en quoi pourrait consister sa contribution à cette instance. Trop technique, trop de jargons, trop de sigles à ingurgiter... et surtout trop urbain ! Car si la jeune femme a accepté d’y participer, c’est pour une bonne raison : faire entendre la voix des ruraux.

« Bercée dans la marmite du bénévolat » depuis l’arrivée de sa famille en Anjou à ses 10 ans, la cadre médicotechnique à l’Établissement Français du Sang adhère à Familles Rurales dans les années 1990, avec le projet de développer l’offre d’accueil de loisirs dans sa commune de Saint-Melaine-sur-Aubance. La vie quotidienne des familles a beaucoup évolué depuis la naissance du premier mouvement familial de France après-guerre et l’association locale est en sommeil depuis une vingtaine d’années. Pourtant, elle fait le constat que les familles établies en milieu rural et périurbain ont d’autres besoins auxquels le mouvement peut apporter des réponses. Adhérente, puis présidente de l’association locale, elle y relance des activités d’utilité sociale avant de prendre des responsabilités dans la fédération départementale pendant 10 ans.

Cette bénévole engagée tire le bilan de ses 7 années d’investissement au Conseil de développement : si elle n’a pas le sentiment d’apporter une contribution « technique », elle s’applique à présenter en commission un point de vue différent sur un Pôle métropolitain organisé autour d’une centralité urbaine forte. Et finalement, les travaux prennent de mieux en mieux en compte les problématiques des territoires ruraux et périurbains.

 

« Le Maine-et-Loire a été précurseur dans les regroupements de communes. Pourquoi les Conseils de développement ne poursuivraient-ils pas sur cette dynamique ? »

 

Valérie DOUGÉ a suivi attentivement la mise en œuvre de la réforme territoriale au niveau local. « Les regroupements de communes, nombreux en Anjou, ont également des impacts forts sur le tissu associatif, qui se retrouve démuni face à ces « super » structures communales », observe-t-elle. De fait, beaucoup d’associations doivent repenser leur organisation et leurs activités pour proposer des services complémentaires et porter la voix des familles auprès des élus.

Actuellement investie dans la commission « Evolution du Conseil de développement », la représentante de Familles Rurales y défend le point de vue de sa délégation départementale : « La configuration en un seul Conseil de développement avec plusieurs délégations territoriales présenterait l’avantage d’insuffler une dynamique commune à l’ensemble des territoires du PMLA, de mutualiser les moyens, de partager les expériences, tout en préservant l’identité et les particularités de chaque EPCI. » Et de conclure, « le Maine-et-Loire a été précurseur dans les regroupements de communes. Pourquoi les Conseils de développement ne poursuivraient-ils pas sur cette dynamique ? »

 

Valérie DOUGÉ

50 ans, membre du Conseil de développement depuis 2009

Adhérente de la Fédération départementale Familles Rurales

 

Famille Rurales

  • Premier mouvement familial français (défense des consommateurs, accueil de la petite enfance, loisirs pour enfants, services à la personne, formation BAFA, animation des territoires ruraux...)
  • 180 000 familles
  • 2 500 associations
  • 94 fédérations (nationale, régionales et départementales)
  • 40 000 bénévoles
  • 20 000 salariés
  • http://www.famillesrurales.org

 

Fédération du Maine-et-Loire

  • 148 associations locales, dont une 20aine sur le Pôle métropolitain Loire Angers
  • 15 800 familles adhérentes et 1 800 bénévoles

PMLA OUEST 2016 CS6 02

S'abonner à la lettre